0670230038

le marronnier rouge

Écrire pour déposer sur le papier (ou l’écran) ce qui nous fait mal et nous empêche d’avancer.

Habituellement lorsqu’on parle d’écrire pour se libérer, on pense tout naturellement au récit de vie, à l’autobiographie et bien sûr au journal intime. Mais ne serais-je pas en train d’oublier le roman ?

Eh, oui, le roman permet aussi de se sentir plus léger, même s’il s’agit théoriquement d’un ouvrage de pure fiction. Les romanciers n’ont-ils pas tendance à nous livrer à travers leurs écrits, souvent de façon inconsciente, un peu (ou beaucoup) de leur expérience de la vie et de leurs états d’âme ? « À l’évidence, l’autobiographie est partout, qu’elle soit déclarée, camouflée, cryptée, qu’il s’agisse de l’autofiction comme de la fiction …” a écrit le fondateur des Éditions Actes Sud, Hubert Nyssen.

Bref à part les guides pratiques, les ouvrages scientifiques, les livres de cuisine ou les essais (et encore …) on peut affirmer qu’écrire, c’est toujours quelque part livrer une part de soi.

1) Difficile d’avancer en portant des choses lourdes en soiporter le poids du passé

Vous avez peut-être vécu des choses difficiles dans le passé qui vous empêchent d’être complètement vous-même aujourd’hui, pire qui vous immobilisent. Comme si lesté(e) d’une lourde pierre autour du cou, vous étiez attiré(e) vers le fond sans pouvoir opposer de résistance.

Autre variante du mal-être : vous pouvez aussi vous sentir enfermé(e) dans un labyrinthe dont vous ne trouvez pas la sortie. Connaissez-vous ou avez-vous connu ces sensations ?

Dans le cadre de mon travail de biographe pour particulier, les faits douloureux que l’on m’a livrés pour les poser sur le papier étaient le plus souvent de cet ordre : un profond sentiment d’injustice, l’impression de ne pas avoir été désiré(e), de ne pas avoir été compris(e), des violences de toutes sortes, de la maltraitance physique ou psychologique, de la manipulation par un proche ou un conjoint, une rupture amoureuse, etc. Je m’arrêterai là, car la liste peut être longue.

On a beau essayer d’enfouir ces faits et ces sentiments profondément en nous comme pour les étouffer, la douleur rôde toujours tant qu’on n’a pas trouvé d’échappatoire.

Pour évacuer ce mal qui ronge, certains d’entre nous ont alors recours à l’écriture. C’est la soupape de sécurité qui prévient les risques d’explosion.

Écrire noir sur blanc sa douleur, la déposer sur le papier pour l’examiner avec davantage de recul, ne serait-ce pas se frayer un nouveau chemin vers la liberté !

2) L’écriture a d’énormes pouvoirs

Les pouvoirs de l'écritureCertes, les pouvoirs de l’écriture sont considérables, mais ATTENTION. Écrire sur soi, ce n’est pas se débarrasser de façon magique de ce qui encombre notre mémoire :
C’est une démarche exigeante qui demande une certaine discipline et beaucoup de travail.
C’est se confronter à la douleur.

C’est enfin un état d’esprit. Il faut de la bienveillance, beaucoup de bienveillance, il ne s’agit pas de traquer uniquement ce qui n’a pas marché. Il faut aussi reconnaître ses réussites, car il y en a toujours dans une vie. Bien sûr “bienveillance” ne signifie pas “complaisance”.

Finalement, l’objectif est d’arriver à tourner la page sans la déchirer, autrement dit en acceptant ce qui a été pour pouvoir l’intégrer, puis le dépasser.

J’espère que vous êtes toujours là, que je ne vous ai pas découragé. Si oui, cela veut dire que vous êtes très motivé et c’est une bonne chose.

C’est une bonne chose, car les bénéfices de l’écriture sur soi sont si importants que les exigences d’un tel exercice vous paraitront mineures en rapport avec ce que cela va réellement vous rapporter.

J’ai retenu 7 pouvoirs de l’écriture, mais il y en a beaucoup d’autres.

Écrire sur soi permet de :

Élargir sa vision en prenant de la distance

En couchant sur le papier votre propre histoire, vous disposerez de davantage de recul. Vous n’aurez plus la tête dans le guidon qui vous empêchait de voir la route. Vous observerez votre parcours de plus loin, sans doute avec davantage de lucidité et d’objectivité. Vous porterez un autre regard sur votre existence.

À partir de votre nouvel observatoire, vous ferez des découvertes.

Au fil de l’écriture et de la relecture, vous prendrez conscience de certaines choses qui jusqu’à présent étaient restées dans l’ombre. Comme si, vivant dans une tour, vous aviez regardé votre vie toujours de la même fenêtre.

Exprimer ses émotions

À condition de lâcher prise, écrire sur soi permet d’exprimer ses émotions (négatives comme positives). De défaire des nœuds.

Vous êtes seul(e) devant votre page ou face à votre écran, il n’y a personne pour vous juger. Personne d’autre que vous.

Alors, dîtes-vous tout, confiez-vous ce qui vous tient vraiment à cœur. Si par la suite vous décidez de partager votre prose avec des lecteurs, il sera toujours temps de retirer ce qui vous paraîtra trop intime.

Clarifier en mettant des mots sur ce qu’on a vécu

Écrire sur soi, sur ce qui nous a affecté dans le passé, c’est mettre des mots sur des émotions, une douleur qui jusqu’à là restaient diffuses, sourdes, imprécises …

Autrement dit, nous allons formuler sous la forme de phrases, de paragraphes, de chapitres et pourquoi pas de livre ce qui reste coincé à l’intérieur de nous. Nous allons essayer de délier ce qui est embrouillé.

Nous emploierons les mots les plus justes possible afin de rendre plus clair ce que nous avons vécu. Nous mettrons à découvert ce quoi on n’arrivait pas à mettre le doigt.

Mieux se connaître

Peut-être n’avons-nous jamais pris le temps de nous poser pour nous interroger, sur nous, notre parcours, notre identité. Qui sommes-nous ? D’où venons-nous ? Où allons-nous ? Écrire sur soi nous donnera l’opportunité d’y répondre.

Mieux appréhender l’avenir

C’est en se penchant sur notre passé et en en tirant les leçons que nous pourrons éclairer notre futur, choisir la direction la plus appropriée.

Mieux se comprendre

À condition de faire preuve de bienveillance, mieux se connaître permettra de mieux se comprendre.

Redonner du sens à sa vie

N’est-ce pas le plus bel objectif que vous pourriez atteindre en écrivant sur vous ?

3) Comment franchir les obstacles ?

Quels obstacles allez-vous peut-être rencontrer ?

surmonter les obstacles à l'écriture

Si la douleur est trop vive

Le moment de l’écriture peut être douloureux, tout comme le moment de la relecture.

Revisiter son passé pour en extraire les moments douloureux, ce n’est certes pas une démarche facile. Il faut s’armer de courage et avancer avec prudence, car on peut être amené(e) à revivre des scènes qui nous ont fait beaucoup de mal. Certains préfèrent pour cela se faire accompagner d’un thérapeute ou d’un psychologue.

Mes deux conseils :
– Ne commencez pas par les évènements douloureux, mais écrivez d’abord les plus belles choses de votre vie, celles qui vous ont apporté le plus de bonheur. Et ne me dites surtout pas qu’il n’y en a pas, je ne vous croirai pas. Ce sera une façon de mettre le pied à l’étrier, de vous échauffer avant d’entrer sur le terrain ou d’entamer les tours de piste.

– Écrivez dans un premier temps à la troisième personne. Cela vous permettra de mettre de la distance entre votre histoire et vous-même. Vous imaginerez qu’il s’agit d’une autre personne que vous. Lorsque vous aurez terminé l’écriture, vous vous sentirez peut-être prêt(e) à changer le “IL” ou le “ELLE” en “JE”.

Si vous ne vous sentez pas à l’aise avec l’écriture

Vous ne vous sentez pas à l’aise avec l’écriture ? Qu’importe l’orthographe et la maladresse du style ! Écrivez d’abord pour vous, rien que pour vous. Ce qui compte avant tout, c’est de pouvoir vous exprimer.

Si par la suite, vous souhaitez partager votre récit, faites appel à votre entourage pour trouver une personne forte en orthographe ou contactez un professionnel si votre budget le permet.

Mais si vous n’êtes vraiment pas à l’aise avec l’écriture, si aligner des mots pour faire une phrase vous pèse, ou si vous n’aimez pas du tout écrire, rien ne vous empêche de vous enregistrer pour vous exprimer à haute voix. Un logiciel pourra par la suite retranscrire la bande son en texte écrit. Il en existe de gratuits ; http://recordense.com/transcribe    ou  https://dictation.io/

Si vous ne savez pas par où commencer

Commencez n’importe où. Oui, j’ai bien dit n’importe où même si cela peut vous sembler désordre. Écrivez ce qui vous semble le plus urgent, ce qui brûle à l’intérieur de vous, c’est la meilleure façon de laisser libre cours à votre inspiration.

Une fois l’écriture terminée, la logique d’une construction reprendra ses droits. Vous pourrez tout remettre en ordre, comme vous le feriez avec les pièces d’un puzzle. Astucieux, n’est-ce pas ?

Si vous pensez ne rien avoir à raconter

Si vous pensez ne rien avoir à raconter, vous vous trompez lourdement. Pourquoi ? Parce que nous avons tous quelque chose à raconter. Et pour cela, pas la peine d’avoir fait le tour de la terre debout sur les ailes d’un avion solaire !

Ce qui fait la force et la richesse d’un récit, ce n’est pas le spectaculaire, c’est l’expression d’un cœur qui bat, autrement dit les émotions que vous ferez passer. La personne qui n’a jamais quitté son village peut captiver davantage ses lecteurs et avoir beaucoup plus à raconter que celle qui aurait sillonné la terre des centaines de fois.

Écrire pour se libérer !

Patrick du Boisbaudry

Si vous avez un témoignage sur ce que vous a apporté l’écriture, si vous êtes d’accord ou pas d’accord avec les « pouvoirs de l’écriture », votre commentaire sera le bienvenu. Votre avis nous intéresse.

facilisis eleifend Donec quis, ut libero consequat.

Récit de vie : cinq erreurs à éviter !

Téléchargez gratuitement mes 5 conseils et tenez-vous régulièrement informé(e) sur les meilleures façons d'écrire votre livre !