0670230038

Vous venez de mettre le mot FIN tout en bas de votre tapuscrit. Ouf, quel soulagement ! Votre récit tient la route, il est bien construit, chaque chapitre s’enchaîne naturellement, il est parfaitement lisible et même agréable à lire, oui parfaitement, agréable à lire ! Soulagé, vous vous apprêtez à faire de votre tapuscrit un livre, un vrai livre comme on en trouve dans les rayons des librairies. Bref, vous allez remettre votre œuvre à l’imprimeur. Un instant s’il vous plaît, pas si vite, vous êtes sûr de ne rien avoir oublié ?

1) Préface

La préface est importante car elle vous permet de vous adresser directement au lecteur dans une sorte d’aparté. C’est l’occasion pour vous de dire pourquoi vous avez écrit votre livre, à qui vous le destinez, ce que vous aimeriez que les lecteurs retiennent, etc. Mais vous pouvez aussi tout simplement souhaiter la bienvenue au lecteur, l’inviter à entreprendre ce voyage avec vous.

Pour certains récits, vous avez la possibilité de laisser votre plume à une autre personne pour écrire la préface.  Par exemple, si vous évoquez votre parcours de sportif, vous pourrez laisser la plume à votre entraîneur ou encore à un médecin si vous traitez d’un parcours médical suite à une maladie. Ce type de préface renforce la crédibilité d’un récit.

La préface se place généralement au début du récit et doit se positionner sur une page impaire. Une ou deux pages suffisent. Elle se place dans les premières pages de votre ouvrage, mais je vous suggère de l’écrire en dernier, lorsque vous aurez écrit le mot FIN. Pourquoi ? Parce que vous aurez la totalité de votre récit sous les yeux  et pour rédiger votre préface, vous devez être “raccord” avec le contenu de votre livre.

2) Postface

Il s’agit d’un texte relativement court qui, comme son nom l’indique, se positionne dans les dernières pages, sur une page impaire (page de droite). La postface est beaucoup plus rare que la préface. Elle sert à conclure, à tirer des leçons d’un récit, à ouvrir sur d’autres perspectives, etc. Bien entendu, elle n’est pas indispensable, cette « conclusion » pouvant se faire dans le corps même de votre récit. Comme pour la préface, la postface peut être rédigée par une autre personne que l’auteur.

3) Dédicace

Vous avez certainement vu au début d’un livre ce genre de phrase : à mes enfants, à mes parents, à Violaine, à Pierre … Généralement cette dédicace se place sur une page vierge et impaire (page de droite) tout au début du récit. Si vous voulez dédier l’écriture de votre récit à une ou plusieurs personnes, c’est ainsi que vous procéderez.

4) Citation

La citation se place généralement dans les toutes premières pages de votre récit, en haut et à droite (comme pour les dédicaces), sur une page impaire. L’auteur choisit une citation importante pour lui, en accord avec ses valeurs ou qui reflète bien l’esprit de son récit. Vous pouvez être l’auteur de cette citation. Si vous êtes en manque d’inspiration, reportez-vous aux dictionnaires des citations en cliquant sur les liens ci-dessous. Je suis sûr que vous y trouverez votre bonheur.

http://www.1001-citations.com/

http://dicocitations.lemonde.fr/

5) Remerciements

Si un grand nombre de personnes a participé à la réalisation de votre livre, il est parfois difficile de les citer toutes. Attention à ne pas froisser les susceptibilités. Lors de l’écriture d’une autobiographie, si l’auteur reste le principal acteur, il pourra cependant remercier une personne qui l’a soutenu moralement dans cette démarche, ou une personne qui a participé à son travail en faisant une relecture.

​10 erreurs à éviter pour publier mon livre !

Téléchargez gratuitement ces 10 conseils et tenez-vous régulièrement informé(e) sur les meilleures façons de publier.

6) Sources

Avez-vous inséré dans votre récit des documents tirés d’un ouvrage ou d’un journal ? Si c’est le cas, et si votre livre est destiné à la publication, il est préférable de citer vos sources. Vous pouvez le faire discrètement dans les toutes dernières pages.

7) Auteurs des photos ou des dessins

Si des photographies ou des dessins ont été utilisés pour illustrer la couverture ou figurent à l’intérieur de votre texte, il est d’usage de citer le nom des auteurs. Attention : cela ne vous dispense pas de demander l’autorisation des artistes ou d’avoir réglé des droits d’auteur. Bien sûr, s’il s’agit de photos prises par la famille, cela ne s’impose pas.

Par exemple si vous avez illustré la couverture de votre livre avec une photographie ou un dessin, le nom de l’artiste figurera au le dos de la couverture (quatrième de couverture dans le langage des imprimeurs).

Si vous recherchez des photographies pour illustrer la couverture de votre livre, je vous conseille un site où je m’approvisionne régulièrement : FOTOLIA. Pour quelques euros, vous obtiendrez des photographies de qualité sur de nombreux thèmes que vous pourrez utiliser légalement.

8) Numéro ISBN

Ce numéro n’est pas nécessaire si vous diffusez votre ouvrage dans un cercle restreint (familial et amical), sans le commercialiser. Mais si vous envisagez de le publier, il vous faudra obtenir un numéro ISBN. Il servira à identifier votre livre.

Vous devez l’insérer dans deux emplacements avant de le remettre à l’imprimeur : à l’intérieur de votre tapuscrit et sur la couverture.

À l’intérieur du tapuscrit : insérez le numéro ISBN après la page titre, en bas d’une page paire.

Sur la couverture : insérez le numéro ISBN au dos de la couverture (quatrième de couverture dans le langage des imprimeurs).

Si vous avez déjà fait imprimer un livre, quels conseils donneriez-vous ?
Sinon, parmi ces 8 points quels sont ceux qui vous semblent les plus importants ?
Patrick du Boisbaudry

 

(Vous pouvez répondre dans la partie “commentaires” située tout en bas de la page)

mattis vulputate, ipsum libero neque. fringilla felis ipsum ut risus