Quel soulagement, vous venez enfin de terminer l’écriture de votre tapuscrit. Il a été relu de long en large, tout semble parfait. Vous avez même terminé la mise en page ou vous l’avez confiée à un professionnel. Qu’importe, c’est superbe, rien à dire. Quant à la couverture, c’est exactement celle que vous aviez imaginée. Bref, vous êtes satisfait, tout roule à merveille ! Hé pas si vite, êtes-vous sûr de ne rien avoir oublié. Je veux parler de la touche finale qui donnera à votre futur livre encore plus de valeur aux yeux du lecteur. Vous savez cette fameuse cerise sur le gâteau …

Une citation pour introduire votre récit

Cela peut être un proverbe, une maxime ou encore une phrase tirée d’un roman dont l’auteur est célèbre … Vous savez cette fameuse citation qui a bercé notre adolescence et que nous retrouvions au réveil comme au coucher, punaisée en grand sur les murs de notre chambre, juste au-dessus de notre lit. Cela peut être aussi une phrase tirée directement de notre inspiration. Et pourquoi pas quelques lignes d’un poème !
Si vous manquez d’inspiration pour trouver une citation, cliquez sur ce lien : http://www.citation-celebre.com/liste-citation
Où placer cette citation ? Au tout début de votre ouvrage, si possible en haut, à droite, sur une page vierge et impaire.
Doit-il exister un lien entre la citation et votre récit ? Non, pas nécessairement. La citation peut simplement être en rapport avec ce que vous pensez, avec vos valeurs. Ce sera un peu votre empreinte, une forme de signature. Bien sûr, la citation peut aussi être en rapport avec votre texte, le message que vous avez souhaité délivrer à travers votre livre.

Une dédicace pour ceux qui vous sont proches

À Marie, à Pierre, à mes enfants, à mon père et ma mère, à mes grands-parents, à mes amis, etc.
Quel beau message d’amour ou tout simplement de reconnaissance pour ceux qui vous sont chers !
Pour la mettre bien en valeur, placez votre dédicace sur une page vierge et impaire comme pour la citation.

Une préface pour vous adresser directement à vos lecteurs, presque en aparté

C’est un peu comme si vous sortiez la tête de votre livre pour chuchoter quelques mots à l’oreille de vos lecteurs.
Dans cette préface, vous avez le choix entre différents messages.
Vous pouvez :
Expliquer pourquoi vous avez écrit cet ouvrage, vos principales motivations
Présenter le message que vous avez souhaité faire passer à travers vos écrits
Donner quelques informations permettant d’éclairer le récit
Faire part de votre conception de la vie, de votre vision du monde, de vos valeurs, etc.
Si possible évitez de rédiger un texte trop long ; une préface courte, une à deux pages aura d’autant plus d’impact.
Certains auteurs demandent à une personne qui jouit d’une autorité sur le sujet qu’ils traitent d’écrire la préface. Cela renforce la crédibilité de l’ouvrage et de l’auteur. Cependant cela se pratique surtout pour les essais ou les ouvrages pratiques. C’est rarement le cas pour les autobiographies, mais après tout pourquoi ne pas innover en utilisant ce procédé dans un récit de vie. Vous pouvez par exemple demander d’écrire la préface à une personne qui vous est chère et qui vous connaît bien. Elle peut ainsi apporter un regard complémentaire sur vous et votre œuvre.
Enfin, ne pas confondre préface et prologue. Le prologue, contrairement à la préface fait partie intégrante de l’histoire. Ce procédé concerne surtout les œuvres de fiction.

Une postface pour conclure !

Comme son nom l’indique, elle se trouve à la fin de l’ouvrage. Il n’est pas toujours évident de saisir son utilité. Théoriquement, elle est là pour apporter une conclusion ou encore présenter de nouvelles perspectives, ouvrir sur de nouveaux horizons. Elle peut avoir été rédigée par l’auteur ou un tiers.

Des remerciements à tous ceux qui vous ont aidé de près ou de loin

Si vous décidez de remercier, il est important de n’oublier personne afin de ménager les susceptibilités. Mais au fait qui doit-on remercier ?
Il n’y a pas de règles bien sûr, mais voici quelques suggestions : les personnes qui vous ont conseillé, celles qui ont lu et relu votre tapuscrit, celles qui vous ont fourni des informations importantes pour votre récit. N’oubliez pas non plus toutes les personnes qui ont cru en vous, vous ont motivé et vous ont donné des ailes. Il peut aussi s’agir des personnes de votre entourage proche qui ont fait preuve d’une patience d’ange pour vous permettre de travailler à votre rythme tout en acceptant que vous soyez moins disponible pour elles.
Si vous avez demandé l’aide d’un biographe que vous avez rémunéré pour cette prestation, vous n’avez pas l’obligation de le citer dans vos remerciements. Cela est laissé à votre appréciation.

Un texte au dos de votre livre pour attirer le lecteur

Comment rédiger le texte qui se trouve au dos de votre ouvrage ? Vu son importance, ce sujet mériterait un article à lui seul, je vais y penser.
Tout d’abord, une petite précision : si nous parlons généralement de « dos de la couverture », sachez que les professionnels de l’imprimerie et de l’édition emploient le terme de « quatrième de couverture » pour désigner exactement la même chose.
Lorsque vous entrez dans une librairie, c’est sans doute, après la couverture, la seconde chose que vous regardez. Je veux parler de ce texte très court qui figure au dos de l’ouvrage pour inciter les lecteurs à l’ouvrir et peut-être même à l’acheter.
Alors, comment le rédiger ?
Il y a deux possibilités :
– Présenter de façon synthétique le contenu de son ouvrage pour donner envie de le lire, mais … sans trop en dire de façon à conserver un certain suspense. Dans ces conditions, pas toujours facile de jongler ! En tout état de cause, mieux vaut éviter une accroche trop tapageuse qui ne tiendrait pas ses promesses. Vous ne feriez que des lecteurs déçus et cela serait mauvais pour votre réputation d’auteur. Si vous avez choisi de faire appel à un éditeur, c’est généralement lui qui se chargera de ce travail en raison de son aspect marketing. Il considère aussi, à tort ou à raison, avoir davantage de recul que l’auteur sur son œuvre pour écrire un tel texte.

– Plutôt que d’écrire un texte de présentation, vous pouvez faire figurer uniquement un extrait de votre récit. Mais attention, choisissez-le bien, car à lui seul il devra emporter l’adhésion du lecteur et lui donner envie de lire votre livre.

À la fin du texte de présentation, vous pouvez vous présenter en quelques lignes et si vous le souhaitez, mettre votre photo. C’est une façon intéressante de personnaliser votre ouvrage.

Un avertissement pour la clarté de votre propos, une mise en garde pour parer à toute objection

Sans doute avez-vous déjà vu ce genre de texte figurer dans des ouvrages. C’est une façon pour l’éditeur ou l’auteur de se protéger en annonçant la couleur. L’avertissement se situe généralement en tête de l’ouvrage.
Voici quelques exemples :
Afin de préserver l’identité des personnes citées dans ce témoignage, plusieurs prénoms, patronymes et noms de lieux ont été modifiés par l’auteur (ou l’éditeur).
Si votre récit porte sur une affaire en cours de jugement, vous devez prendre les précautions suivantes : l’auteur (ou l’éditeur) rappelle par ailleurs qu’en vertu des articles 6-2 de la Convention européenne de sauvegarde des droits de l’Homme et 9-1 du Code civil, toute personne accusée d’une infraction est présumée innocente jusqu’à ce que sa culpabilité ait été légalement établie par une décision de justice à caractère définitif (source : Il m’a volé ma vie de Morgane Seliman, éditions Xo)

N’oubliez pas non plus de …

Citer l’auteur ou les auteurs des photographies ou le nom de l’agence d’illustration si vous y avez eu recours.
Vous assurer que les images utilisées sont bien libres de droits ou que vous les avez acquis.
Citer le nom du graphiste ou de sa société si vous avez confié la réalisation de la couverture ou la mise en page à un prestataire extérieur.
Mettre au dos de votre ouvrage le Code ISBN qui aura l’immense avantage d’identifier votre ouvrage et de permettre à un libraire de retrouver les coordonnées de l’auteur ou de l’éditeur si un client souhaite le commander. Bien sûr, il ne se justifie que si votre ouvrage est diffusé au-delà du cercle familial et amical.

Enfin, si vous souhaitez être contacté pour échanger avec vos lecteurs, laissez votre adresse mail.

Patrick du Boisbaudry

Merci de partager cet article si vous l'avez aimé !

Articles qui pouraient aussi vous intéresser :