6 étapes pour écrire un livre

1 Choisissez les bons outils

Vous avez le choix entre l’ordinateur ou le stylo. Petit rappel : si votre texte est écrit à la main, on parle de “manuscrit”. Si votre texte a été tapé à l’ordinateur, on parle de “tapuscrit”.

Papier ou ordinateur ? Tout est une question de feeling !

Si vous n’êtes pas du tout familiarisé(e) avec l’ordinateur ou si vous avez davantage de feeling avec le papier qu’avec un écran, prenez votre stylo et écrivez directement sur des feuilles. Mais attention, vous aurez l’obligation de passer par l’ordinateur au moment d’imprimer votre livre ou de le publier. L’imprimeur ou l’éditeur vous demanderont un fichier numérique.

Si vous choisssez d’écrire sur un ordinateur, vous utiliserez un logiciel de traitement de texte. Il y en a des gratuits comme Google docs ou Open Office et des payants comme Word. Gratuits ou payants, ces logiciels font parfaitement l’affaire pour écrire un livre. Ils vous offrent même la possibilité de réaliser la couverture et d’insérer des photographies.

Logiciels de traitement de texte gratuits

2 Élaborez un plan

Pour écrire un récit de vie, mais aussi toutes sortes d’ouvrages (roman, livre pratique, essai, guide …), l’établissement d’un plan est indispensable. C’est une étape incontournable.

Pourquoi ?

Parce que l’élaboration d’un plan facilitera non seulement votre travail d’auteur en vous guidant dans l’écriture, mais il participera aussi au confort de vos futurs lecteurs au moment de la lecture. 

Pour vos futurs lecteurs

Un récit bien structuré grâce au plan sera facile et agréable à lire. Il n’y a rien de pire que la lecture d’un livre mal construit dans lequel l’auteur saute constamment du coq à l’âne. Peut-être en avez-vous déjà fait l’expérience ?

Pour vous, l’auteur

Imaginez-vous sur un quai de gare avec votre valise. Un premier train arrive, vous le prenez sans même regarder sa destination. Vous allez à l’aventure, au hasard.

Si vous aimez l’aventure, c’est parfait, mais c’est une méthode que je vous déconseille pour l’écriture d’un livre. Sans plan, on avance les yeux bandés dans le brouillard.

Avec un plan, vous connaîtrez non seulement votre destination mais vous aurez aussi une bonne idée de votre parcours. Vous gagnerez donc un temps infini en allant tout de suite dans la bonne direction. Plus besoin de revenir sur vos pas en constatant que vous vous êtes trompé de route.

Sans plan, vous risquez de vous perdre ou de tourner en rond sans jamais trouver la sortie comme dans les labyrinthes que l’on trouve dans les fêtes foraines ou dans certains jardins. Pour cette raison, n’hésitez pas à passer le temps qu’il faut à élaborer votre plan. Ce temps ne sera pas « perdu », vous le rattraperez largement lors de l’écriture. Et surtout vous ne vous prendrez pas la tête en vous demandant si votre récit est cohérent, si vos chapitres s’articulent bien, bref si votre histoire tient debout. Car elle tiendra debout.

Votre plan sera beaucoup plus qu’une boussole, il sera votre GPS qui vous permettra d’atteindre votre but en écrivant à la dernière page de votre livre le mot “FIN”. 

J’entends parfois cette objection « Je me sens prisonnier avec un plan ». Oui, le plan serait une prison s’il était définitif, condamné à ne pas évoluer, figé dans du béton. Or, ce n’est pas le cas, bien au contraire. Un plan digne de ce nom doit rester souple et évoluer au cours du déroulement de votre histoire. Il doit s’adapter à votre récit et non l’inverse. Il est amené à évoluer au fil de l’écriture. Il doit avoir la souplesse d’une jeune gymnaste ! 

Enfin, il y a plusieurs types de plans. Pour ma part, concernant les récits de vie, je conseille le plan chronologique, car il met l’accent sur l’évolution de l’auteur à travers son histoire et n’est-ce pas l’essentiel de ce que l’on veut démontrer. Mais il y a bien d’autres façons de structurer un récit, par exemple le plan thématique (Mon enfance, mes études, ma profession, mes parents, mes passions, mes voyages, etc.).

 

3-Rassemblez vos souvenirs

Concernant l’autobiographie (récit de vie), les souvenirs constituent la matière première de votre livre. Ce sont tous les évènements ou toutes les situations qui ont marqué votre vie.

N’ayez pas peur d’oublier des souvenirs, vous n’écrivez pas un catalogue ni une encyclopédie.

Si votre mémoire vous joue des tours, voici quelques précieux conseils :

  • Plongez-vous dans des albums photo et vous serez étonné(e) de tous les souvenirs qui surgiront.
  • Même chose pour les objets qui vous entourent et dont certains ont une histoire qui vous est personnelle. Par exemple cet objet que vous avez ramené d’un beau voyage ou encore ce cadeau que vous a fait l’oncle Rodolphe alors que vous étiez  enfant et que vous avez gardé comme un trèsor. 
  • Montez le son en écoutant la musique et les chansons de votre enfance …
  • Relisez votre courrier, redécouvrez vos vieilles cartes postales, etc.

Un conseil : gardez toujours sur vous un petit carnet, car les souvenirs surgiront au moment où vous vous attendrez le moins …

 

4-Trouvez votre style

Si vous avez un style et que vous en êtes satisfait, gardez-le. Inutile de chercher midi à 14 heures ou de réinventer la roue.

Sinon, voici quelques conseils :

  • Évitez langage parlé
  • Faites des phrases courtes et simples
  • Ne soyez pas avare de détails, car cela permet d’installer une ambiance. Par vos descriptions, faites voir des images à vos lecteurs.
  • Chassez les répétitions, elles se glissent parfois de façon insidieuse.
  • Ne lésinez pas sur la ponctuation, il vaut mieux plus que pas assez.
  • Chassez les mots parasites : donc, en effet, par contre, et puis, cependant …

Un conseil : lisez votre texte à haute voix pour voir s’il sonne bien, s’il s’écoule comme une rivière de façon fluide.

5- Effectuez une belle mise en page sans vous prendre la tête

Il existe plusieurs logiciels de traitement de texte, mais les plus simples sont Word et Open Office. Tous les deux ont pratiquement les mêmes fonctionnalités. Ils vous permettront de faire une mise en page très propre. Open Office est gratuit, mais Word est payant.

Quelques conseils de mise en page avant de confier votre tapuscrit à l’imprimeur :

  • Format A5 (livre de poche).
  • Évitez les polices fantaisie. Les polices les plus utilisées sont : Times new roman, Arial, Helvetica, Calibri, etc. (J’ai un faible pour Calibri et j’ai découvert récemment Constantia)
  • Taille police 11 ou 12 pour le texte. Pour ma part, j’utilise le 12.
  • Laissez un interligne simple.
  • Marges environ 2cm en haut, en bas, à droite et à gauche.
  • Ne pas numéroter pages blanches et pages de titres.
  • Commencer les chapitres par une page impaire.

6- Faites imprimer votre livre

Attention, on a souvent tendance à confondre imprimer avec éditer. 

Imprimer, c’est fabriquer le livre techniquement.C’est le rôle de l’imprimeur. Éditer( ou publier), c’est diffuser un livre auprès du public.

L’impression numérique vous permet pour un prix très bas de fabriquer un livre en peu exemplaires, voire en un seul exemplaire.

Vous pouvez réaliser l’impression en ligne sans bouger de chez vous. Je n’ai jamais vu la tête de mon imprimeur !

Vous devez fournir à votre imprimeur un document PDF. C’est très facile d’obtenir ce format à partir du logiciel Word ou Open Office.

Pour regarder la vidéo sur ce même sujet, cliquez sur ce lien : Les 6 étapes incontournables pour écrire un livre

 

 

1 Choisissez les bons outils

Vous avez le choix entre l’ordinateur ou le stylo. Petit rappel : si votre texte est écrit à la main, on parle de “manuscrit”. Si votre texte a été tapé à l’ordinateur, on parle de “tapuscrit”.

Papier ou ordinateur ? Tout est une question de feeling !

Si vous n’êtes pas du tout familiarisé(e) avec l’ordinateur ou si vous avez davantage de feeling avec le papier qu’avec un écran, prenez votre stylo et écrivez directement sur des feuilles. Mais attention, vous aurez l’obligation de passer par l’ordinateur au moment d’imprimer votre livre ou de le publier. L’imprimeur ou l’éditeur vous demanderont un fichier numérique.

Si vous choisssez d’écrire sur un ordinateur, vous utiliserez un logiciel de traitement de texte. Il y en a des gratuits comme Google docs ou Open Office et des payants comme Word. Gratuits ou payants, ces logiciels font parfaitement l’affaire pour écrire un livre. Ils vous offrent même la possibilité de réaliser la couverture et d’insérer des photographies.

Logiciels de traitement de texte gratuits

2 Élaborez un plan

Pour écrire un récit de vie, mais aussi toutes sortes d’ouvrages (roman, livre pratique, essai, guide …), l’établissement d’un plan est indispensable. C’est une étape incontournable.

Pourquoi ?

Parce que l’élaboration d’un plan facilitera non seulement votre travail d’auteur en vous guidant dans l’écriture, mais il participera aussi au confort de vos futurs lecteurs au moment de la lecture. 

Pour vos futurs lecteurs

Un récit bien structuré grâce au plan sera facile et agréable à lire. Il n’y a rien de pire que la lecture d’un livre mal construit dans lequel l’auteur saute constamment du coq à l’âne. Peut-être en avez-vous déjà fait l’expérience ?

Pour vous, l’auteur

Imaginez-vous sur un quai de gare avec votre valise. Un premier train arrive, vous le prenez sans même regarder sa destination. Vous allez à l’aventure, au hasard.

Si vous aimez l’aventure, c’est parfait, mais c’est une méthode que je vous déconseille pour l’écriture d’un livre. Sans plan, on avance les yeux bandés dans le brouillard.

Avec un plan, vous connaîtrez non seulement votre destination mais vous aurez aussi une bonne idée de votre parcours. Vous gagnerez donc un temps infini en allant tout de suite dans la bonne direction. Plus besoin de revenir sur vos pas en constatant que vous vous êtes trompé de route.

Sans plan, vous risquez de vous perdre ou de tourner en rond sans jamais trouver la sortie comme dans les labyrinthes que l’on trouve dans les fêtes foraines ou dans certains jardins. Pour cette raison, n’hésitez pas à passer le temps qu’il faut à élaborer votre plan. Ce temps ne sera pas « perdu », vous le rattraperez largement lors de l’écriture. Et surtout vous ne vous prendrez pas la tête en vous demandant si votre récit est cohérent, si vos chapitres s’articulent bien, bref si votre histoire tient debout. Car elle tiendra debout.

Votre plan sera beaucoup plus qu’une boussole, il sera votre GPS qui vous permettra d’atteindre votre but en écrivant à la dernière page de votre livre le mot “FIN”. 

J’entends parfois cette objection « Je me sens prisonnier avec un plan ». Oui, le plan serait une prison s’il était définitif, condamné à ne pas évoluer, figé dans du béton. Or, ce n’est pas le cas, bien au contraire. Un plan digne de ce nom doit rester souple et évoluer au cours du déroulement de votre histoire. Il doit s’adapter à votre récit et non l’inverse. Il est amené à évoluer au fil de l’écriture. Il doit avoir la souplesse d’une jeune gymnaste ! 

Enfin, il y a plusieurs types de plans. Pour ma part, concernant les récits de vie, je conseille le plan chronologique, car il met l’accent sur l’évolution de l’auteur à travers son histoire et n’est-ce pas l’essentiel de ce que l’on veut démontrer. Mais il y a bien d’autres façons de structurer un récit, par exemple le plan thématique (Mon enfance, mes études, ma profession, mes parents, mes passions, mes voyages, etc.).

 

3-Rassemblez vos souvenirs

Concernant l’autobiographie (récit de vie), les souvenirs constituent la matière première de votre livre. Ce sont tous les évènements ou toutes les situations qui ont marqué votre vie.

N’ayez pas peur d’oublier des souvenirs, vous n’écrivez pas un catalogue ni une encyclopédie.

Si votre mémoire vous joue des tours, voici quelques précieux conseils :

  • Plongez-vous dans des albums photo et vous serez étonné(e) de tous les souvenirs qui surgiront.
  • Même chose pour les objets qui vous entourent et dont certains ont une histoire qui vous est personnelle. Par exemple cet objet que vous avez ramené d’un beau voyage ou encore ce cadeau que vous a fait l’oncle Rodolphe alors que vous étiez  enfant et que vous avez gardé comme un trèsor. 
  • Montez le son en écoutant la musique et les chansons de votre enfance …
  • Relisez votre courrier, redécouvrez vos vieilles cartes postales, etc.

Un conseil : gardez toujours sur vous un petit carnet, car les souvenirs surgiront au moment où vous vous attendrez le moins …

 

4-Trouvez votre style

Si vous avez un style et que vous en êtes satisfait, gardez-le. Inutile de chercher midi à 14 heures ou de réinventer la roue.

Sinon, voici quelques conseils :

  • Évitez langage parlé
  • Faites des phrases courtes et simples
  • Ne soyez pas avare de détails, car cela permet d’installer une ambiance. Par vos descriptions, faites voir des images à vos lecteurs.
  • Chassez les répétitions, elles se glissent parfois de façon insidieuse.
  • Ne lésinez pas sur la ponctuation, il vaut mieux plus que pas assez.
  • Chassez les mots parasites : donc, en effet, par contre, et puis, cependant …

Un conseil : lisez votre texte à haute voix pour voir s’il sonne bien, s’il s’écoule comme une rivière de façon fluide.

5- Effectuez une belle mise en page sans vous prendre la tête

Il existe plusieurs logiciels de traitement de texte, mais les plus simples sont Word et Open Office. Tous les deux ont pratiquement les mêmes fonctionnalités. Ils vous permettront de faire une mise en page très propre. Open Office est gratuit, mais Word est payant.

Quelques conseils de mise en page avant de confier votre tapuscrit à l’imprimeur :

  • Format A5 (livre de poche).
  • Évitez les polices fantaisie. Les polices les plus utilisées sont : Times new roman, Arial, Helvetica, Calibri, etc. (J’ai un faible pour Calibri et j’ai découvert récemment Constantia)
  • Taille police 11 ou 12 pour le texte. Pour ma part, j’utilise le 12.
  • Laissez un interligne simple.
  • Marges environ 2cm en haut, en bas, à droite et à gauche.
  • Ne pas numéroter pages blanches et pages de titres.
  • Commencer les chapitres par une page impaire.

6- Faites imprimer votre livre

Attention, on a souvent tendance à confondre imprimer avec éditer. 

Imprimer, c’est fabriquer le livre techniquement.C’est le rôle de l’imprimeur. Éditer( ou publier), c’est diffuser un livre auprès du public.

L’impression numérique vous permet pour un prix très bas de fabriquer un livre en peu exemplaires, voire en un seul exemplaire.

Vous pouvez réaliser l’impression en ligne sans bouger de chez vous. Je n’ai jamais vu la tête de mon imprimeur !

Vous devez fournir à votre imprimeur un document PDF. C’est très facile d’obtenir ce format à partir du logiciel Word ou Open Office.

Pour regarder la vidéo sur ce même sujet, cliquez sur ce lien : Les 6 étapes incontournables pour écrire un livre