Ecrire un livre ne s’improvise pas …

9 questions essentielles auxquelles vous devez répondre …

Écrire un livre ne s’improvise pas ! Récit de vie, livre pratique ou roman, c’est un travail au long cours qui demande une certaine organisation. Se mettre dans les bonnes conditions pour écrire est la première étape pour réussir un projet d’écriture. C’est une condition indispensable pour prendre un bon départ. Cette étape peut vous paraître évidente et pourtant elle est souvent négligée. De nombreux auteurs naviguent à vue, au fil de l’eau … Certains avancent même les yeux fermés ! Désolé, mais dans cet article, je vais vous assommer avec mes questions.

1)Quel type de livre je veux écrire ?

On n’écrit pas de la même façon un roman, un guide pratique, un récit de vie, une autobiographie, etc.  Oui, je sais, cela peut vous paraître une évidence, mais ça va mieux en l’écrivant ! Vous voulez écrire un roman ? Très bien, mais quel type de roman voulez-vous écrire ?  Un roman policier, historique, d’horreur, psychologique, etc. Il y aurait encore d’autres questions concernant votre futur livre, mais je ne veux pas abuser de votre temps. Vous voulez écrire un récit de vie, raconter votre histoire dans un livre ? Ça tombe bien, vous êtes sur le bon blog. Mais, attention, vous n’allez pas vous en tirer comme ça.  Cette réponse ne me suffit pas, j’ai d’autres questions dans ma musette. Voulez-vous rester fidèle à la réalité ou la romancer ? Attendez, ce n’est pas fini …. Si vous voulez romancer votre histoire, quelle dose de fiction souhaitez-vous apporter ? Maintenant que vous avez répondu à quelques questions, est-ce que vous voyez un peu mieux la direction à prendre ? Non, pas tout à fait ! Alors, passez vite au paragraphe suivant, vous en saurez encore un peu plus sur votre destination.

2) Sur quelle période de ma vie portera mon livre ?

Bien entendu, cette interrogation n’est valable que si vous écrivez votre autobiographie ou un moment fort de votre vie. À question toute simple, réponse toute simple. Question toute simple, certes, mais dont la réponse vous permettra de délimiter votre sujet et de ne pas partir dans tous les sens. Parfois, on se lance dans l’écriture, on écrit, on écrit …. pour s’apercevoir au bout de longues pages noircies que l’on est sorti de la route. Ce que l’on a écrit avec tant d’efforts et de concentration n’a rien à voir avec le sujet de son livre. Alors, quelle frustration, il faut repartir à zéro, ou presque !

3) Qu’est-ce qui me pousse à écrire ?

 Autrement dit, demandez-vous quelle est votre réelle motivation.  Écrivez-vous pour votre famille, vos petits-enfants, arrière-petits-enfants ? Écrivez-vous pour déposer sur le papier des choses lourdes à porter et vous sentir plus léger ? Écrivez-vous pour vous révolter, dénoncer, témoigner ? Écrivez-vous pour donner à vos futurs lecteurs des raisons d’espérer ? Écrivez-vous pour faire le point sur votre parcours de vie, dresser un bilan  ? Écrivez-vous tout simplement pour le plaisir ? Etc. La réponse que vous apporterez vous permettra :

  • De cerner votre véritable motivation.
  • Et donc d’écrire avec davantage de cohérence.

Selon la nature de sa motivation, on n’écrit pas de la même façon, ni la même chose. Si vous écrivez pour pousser un coup de gueule et dénoncer une pratique que vous avez subie ou si vous écrivez pour raconter à vos petits-enfants les joies de votre enfance, il y a de fortes chances pour que les deux livres soient très différents au niveau du contenu comme de la forme.

4) Pour qui je veux écrire ?

Vous voulez écrire pour vos petits-enfants, votre entourage proche ou le grand public ? Autrement dit, vous souhaitez publier votre livre ou le diffuser de manière confidentielle auprès de votre famille et de vos amis ? On n’écrit pas un livre de la même façon selon qu’on le diffuse dans une sphère privée ou auprès du public. Un exemple : si votre livre est destiné uniquement à votre cercle familial, vous pourrez mentionner certains évènements, donner certains détails qui raviront vos lecteurs, mais ne présenteraient aucun intérêt pour le grand public. Cependant, j’aimerais nuancer mon propos. Certaines personnes sont certaines de ne pas publier leur livre, alors que d’autres hésitent. Rien de plus normal lorsqu’on se lance dans l’écriture. Après tout,  chaque chose en son temps. Alors, si vous hésitez, pas de panique, écrivez comme si vous alliez publier.      

 5) Où je veux écrire ?

Chez vous, il est important de vous réserver un endroit où vous pourrez jouir d’une certaine tranquillité. Dans un premier temps, il vous faudra donc trouver un cadre agréable où vous vous sentirez bien. Bien sûr, cet endroit idéal peut très bien se trouver à l’extérieur, sur le banc public d’un parc ou dans votre propre jardin si vous avez la chance d’en posséder un, au milieu du chant des oiseaux quand les beaux jours arrivent. L’extérieur,  cela peut aussi être un lieu très animé comme un café. Certains écrivains ne trouvent leur inspiration que dans un univers bruyant. À chacun son inspiration, il n’y a pas de règles toutes faites. Pour ma part, lorsque j’ai commencé à écrire et que je manquais d’idées, j’allais les chercher dans un endroit très animé. Mais si vous avez besoin de silence et de recueillement, enfermez-vous dans votre bureau ou une pièce située un peu à l’écart. Si vous ne vivez pas seul, prévenez votre entourage afin de ne pas être dérangé. Si possible, mettez votre téléphone en mode avion, et si vous travaillez à l’ordinateur fermez tous les programmes susceptibles de vous distraire, tels Skype, votre messagerie ou Facebook. Enfin, si vous êtes sujet aux rêveries, tournez le dos à la fenêtre afin de ne pas partir dans les nuages ou de ne pas vous envoler dans le bleu du ciel.

6) Quand je veux écrire ?

 Êtes-vous du matin ou du soir ? À quel moment de la journée, vous sentez-vous au mieux de votre forme ? Certaines personnes me confiaient trouver leur inspiration le matin de très bonne heure, alors que toute la maisonnée dormait. D’autres trouveront leur inspiration lorsque le jour est tombé depuis longtemps. Si la nuit porte conseil, elle peut aussi porter à l’écriture.

7) À quel rythme je veux écrire ?

 Maintenant que vous avez défini et à quel moment de la journée vous alliez écrire, il vous reste à définir à quel rythme travailler. Allez-vous écrire quand cela vous chante ou quand vous viendra l’inspiration ? Ou bien allez-vous écrire régulièrement à jour et à heure fixe ?  Si j’avais un seul conseil à vous donner, ce serait celui-là : ÉCRIVEZ RÉGULIÈREMENT. Écrire un livre est un véritable travail qui exige de la discipline et  engendre donc certaines contraintes. Mieux vaut le savoir avant de se lancer dans cette aventure. Si vous attendez d’avoir l’inspiration, vous risquez de remettre toujours au lendemain  votre séance d’écriture. De l’écriture, faites une habitude, de la même façon que vous faites des mots croisés, lisez votre journal en prenant votre café ou vous accordez un précieux temps de lecture au moment du coucher. Au début vous serez peut-être décontenancé, mais cette régularité finira par payer et vous verrez qu’à peine installé à votre table de travail, les mots se bousculeront sur votre feuille blanche ou sur l’écran de votre ordinateur. Oui, j’ose le dire, trouver l’inspiration est une question d’habitude. Pour cela, il suffit d’en faire un rituel.

Téléchargez gratuitement le guide "Conseils pour écrire, mettre en page, imprimer et publier mon livre"

et tenez-vous régulièrement informé de la parution des nouveaux articles.

8) Combien de temps va durer ma séance d’écriture ?

Lorsque vous vous installez à votre table de travail, il est important de disposer d’un minimum de temps, je recommande au moins 1heure, l’idéal étant 1H30, voire 2 heures. Tout simplement, parce qu’il vous faudra vous reconnecter à votre travail précédent, relire ce que vous avez déjà écrit, autrement dit vous remettre dans le bain et cette étape prend du temps. Vous vous serez à peine assis que vous devrez déjà vous relever. Quelle frustration, n’est-ce pas !  Si ce jour-là vous disposez de peu de temps pour écrire mais que les idées fusent, contentez-vous de les noter sur un petit carnet pour qu’elles ne s’envolent pas.

9) Sur quels supports j’aimerais écrire ?

 Si je peux me permettre de vous donner un conseil : ne choisissez pas un support plutôt qu’un autre uniquement pour des raisons pratiques, ce serait une grave erreur. Choisissez le support qui vous inspire le plus, car je suis prêt à parier qu’il y en a un sur lequel les idées vous viennent plus facilement. Par exemple, si vous avez plus d’affinités avec le papier, écrivez sur du papier, même si vous devez y passer deux, voire trois plus de temps pour écrire votre livre que sur un ordinateur. Pourquoi ? Parce qu’avec l’inspiration la qualité est souvent au rendez-vous et que la qualité n’a pas de prix.

 Stylo

 Certaines personnes choisiront le stylo et le papier par goût personnel. Cela peut être votre cas si préférez le contact doux et chaleureux du papier à la froideur et au scintillement parfois fatigant d’un écran d’ordinateur. Cela ne se discute pas. Vous pourrez aussi faire le choix d’écrire avec un stylo, ou pourquoi pas à la plume, si vous ne maîtrisez pas suffisamment bien le maniement du clavier et encore moins les logiciels de traitement de texte. Le plaisir d’écrire se transformerait alors en véritable pensum, ce qui n’est pas le but recherché. Il faut simplement que vous sachiez une chose. À un moment ou à un autre, votre texte devra faire un passage obligé par l’ordinateur. Eh oui ! Par exemple, une fois votre récit terminé, si vous confiez votre tapuscrit à l’imprimeur, il exigera un fichier informatique ou alors il vous prendra une coquette somme pour sous-traiter la frappe de votre texte. Même chose, si vous souhaitez publier votre récit, je n’ai jamais entendu parler d’un éditeur qui acceptait des textes manuscrits. Mais ne dramatisons pas, vous aurez toujours la possibilité de faire appel à une personne bienveillante de votre entourage pour taper votre texte ou, sinon, à un étudiant qui, pour une modique somme, sera ravi d’arrondir ses fins de mois.

Ordinateur

À condition d’être familiarisé avec le maniement d’un ordinateur, celui-ci apporte d’incontestables avantages : plus de papiers froissés ou en boule dans votre poubelle, plus de ratures dans votre texte, une grande facilité pour déplacer tel ou tel paragraphe, etc. Et bien sûr une plus grande rapidité d’exécution, car votre récit terminé, vous obtiendrez directement un fichier informatique prêt à l’impression ou à l’édition. Reste la question du choix du logiciel de traitement de texte. Il en existe plusieurs, mais je n’en retiendrai que deux, les plus utilisés : Open Office et Word. Ils ont pratiquement les mêmes fonctionnalités et sont tout aussi performants. Cependant, Open Office est gratuit tandis que Word est payant, différence non négligeable si votre budget est modeste. Il existe par ailleurs des logiciels de mise en page très sophistiqués et onéreux, mais le jeu n’en vaut pas la chandelle. D’une part parce que ces logiciels sont assez compliqués à maîtriser et d’autre part parce que Word et Open Office sont amplement suffisants pour réaliser une mise en page digne de ce nom, sans oublier la possibilité d’intégrer des photos.

Vous êtes d’accord avec moi sur tout ? C’est bien ! Vous êtes pas d’accord, c’est encore mieux. Après tout, d’accord ou pas d’accord,j’adore les commentaires.

51cadc51b8bb4dc8638eb70a1f5015aa||