coach en écriture

Vous l’avez sans doute constaté, la plupart des romans, autobiographies, récits de vie, sont écrits au passé.   Ce n’est pourtant pas une obligation grammaticale, l’emploi du présent est tout à fait concevable pour raconter une histoire, qu’elle fasse appel à de la fiction ou à du vécu. Dans cet article, j’ai décidé de privilégier la pratique sur la théorie sans entrer dans le dédale des règles grammaticales et orthographiques en donnant des recettes simples à appliquer. Tout d’abord un petit rappel sur l’emploi des différents temps.

Quand utilise-t-on les différents temps ?

Quand utilise-t-on l’imparfait ?

  • L’imparfait indique une action passée, mais qui durait dans le temps. Comme une habitude.

Je me rendais à la plage tous les dimanches.

 Quand utilise-t-on le passé simple ?

  • Le passé simple, une action ponctuelle qui s’est déroulée dans le passé et qui est terminée. Ce temps n’est employé qu’à l’écrit. Il est plus littéraire que le passé composé.

Je me rendis à la plage ce dimanche-là.

 Quand utilise-t-on le passé composé ?

  • Le passé composé, une action ponctuelle qui s’est déroulée dans le passé et qui est terminée. ll peut être employé à l’oral et à l’écrit. Il permet aussi de dater avec plus de précision.

Je me suis rendu à la plage dimanche dernier.

 Quand utilise-t-on le présent ?

  • Le présent, une action qui comme son nom l’indique se déroule dans le présent.

Nous sommes dimanche. Je me rends à la plage.

 

Quelle est la différence entre le passé et le présent du point de vue du lecteur ?

De mon point de vue un récit au présent sollicite davantage le lecteur en le faisant participer à une action qui est en train de se dérouler. En ce sens, le texte semble plus vivant. Le lecteur se sent davantage impliqué.

Dans le récit au passé, le lecteur est plus passif, moins incité à participer à l’action. L’auteur peut s’adresser à un lecteur confortablement installé dans son fauteuil qui se laisser bercer par l’histoire.

Mais une chose est sûre : passé ou présent permettent tous les deux une belle écriture et l’un comme l’autre ont donné naissance à des chefs-d’œuvre.

 

Quelques exemples chez les romanciers connus :

  • Hermann Hesse dans Siddharta utilise le passé :

À chaque pas qu’il faisait sur la route, Siddharta apprenait quelque chose de nouveau, car le monde pour lui était transformé et son cœur transporté d’enchantement.  Il vit le soleil se lever au-dessus des montagnes boisées et se coucher derrière les lointains palmiers de la rive ; il vit la nuit, les étoiles, leur belle ordonnance dans le ciel et le croissant de la lune, tel un bateau flottant dans l’azur. Siddharta. Hermann Hesse. Extrait. (Éditions Grasset. Le livre de poche)

S’il avait écrit au présent, voici ce que cela aurait donné :

À chaque pas qu’il fait sur la route, Siddharta apprend quelque chose de nouveau, car le monde pour lui est transformé et son cœur transporté d’enchantement.  Il voit le soleil se lever au-dessus des montagnes boisées et se coucher derrière les lointains palmiers de la rive ; il voit la nuit, les étoiles, leur belle ordonnance dans le ciel et le croissant de la lune, tel un bateau flottant dans l’azur.

Quelle version préférez-vous ?  Voyez-vous une réelle différence ?

  • Beaucoup d’auteurs américains contemporains écrivent au présent. Rien d’étonnant, car ils utilisent souvent un style de rédaction proche du scénario. Et les scénarios sont écrits au présent.

À l’arrêt, au feu rouge de Franklin et de Pleasant Valley, dans l’odeur de moisi de l’habitacle humide de mon Suburban, avec le chauffage à fond pour réchauffer mes pieds, le jour à l’extérieur a pris une allure sinistre. Le vent s’abat en rafales contre le feu de signalisation suspendu, le faisant dévier, tourner, se balancer. Le thermomètre de ma voiture indique que la température extérieure a chuté à deux degrés, et les lumières se sont allumées à l’intérieur des maisons. L’état des lieux. Richard Ford. Extrait. (Éditions de l’Olivier)

Quelle sensation vous donne ce texte. N’avez-vous pas l’impression d’être dans la voiture avec le héros ?

 

  • Dans un même paragraphe, il est possible d’utiliser le passé et le présent comme nous le montre Blaise Cendrars. 

C’est par un beau soir californien.

On a traversé tout le jour les cultures abandonnées de l’Ermitage. Depuis le départ de Fort Suter, on n’a pas rencontré âme qui vive. Ce beau domaine envahi par les herbes et une végétation forestière est plus tragique que la brousse des montagnes.

Maintenant on découvre la gentilhommière silencieuse.

La petite troupe fait halte. Cendrars, L’or.  Extrait. (Denoël, collection Folio)

Bien entendu, vous pouvez aussi écrire un chapitre au passé et un autre au présent.

 

Le respect de la concordance des temps

En conclusion, vous pouvez écrire votre histoire au présent comme au passé. Seule précaution à prendre : le respect de la concordance des temps.

Autrement dit, ne pas mettre dans une même phrase un temps passé et un temps présent.

À chaque fois que je sors dehors, j’ai eu froid.

Il est correct d’écrire :

À chaque fois que je sors dehors, j’ai froid.

OU

A chaque fois que je sortais dehors, j’avais froid.

 

Et vous, pour l’écriture de votre récit, quel temps utilisez-vous ou allez-vous utiliser ?

Le passé, le présent ou les deux ?

N’hésitez pas à laisser un commentaire, à partager votre expérience. Cet espace vous est ouvert. 

Spread the love
id tempus eget massa ut odio diam justo venenatis Aliquam leo Donec

Téléchargez grtuitement mon guide !