corporate zenFaut-il attendre l’âge de la retraite pour écrire sa vie ? Non, bien sûr.

Jeunes ou moins jeunes, nombreux sont les candidats à l’écriture.

Autrement dit, il n’y a pas d’âge pour écrire un livre sur sa vie et c’est tant mieux.

Ce n’est pas la longueur d’une vie qui détermine l’épaisseur d’un livre et encore moins son intérêt. Heureusement !

Ce qui importe, c’est l’intensité avec laquelle nous avons vécu certains événements,  petits ou grands. Notre récit trouvera sa force non dans le temps que nous avons passé sur la terre mais dans la richesse de nos émotions.

Alors quelle différence entre les jeunes et les moins jeunes ? Ont-ils des motivations bien distinctes lorsqu’il s’agit d’écrire sur soi, de se raconter ?

Les personnes les plus jeunes, même s’il n’y a pas de règle, auront peut-être tendance à se focaliser sur des moments forts de leur vie, des événements heureux ou malheureux, plutôt que de tout raconter par le menu.

Je pense par exemple à cette femme d’une vingtaine d’années qui voulait raconter une passion amoureuse qui venait de se terminer. L’écrire noir sur blanc était sans doute une façon pour elle d’en faire le deuil. Je me souviens aussi de ce jeune homme qui pensait se sentir plus léger en exprimant par des mots la douleur de ne pas connaître son père. Je n’oublie pas non plus cette jeune femme qui désirait raconter un déni de grossesse.  Il n’est pas rare non plus que des adolescents, encore à la porte du monde des adultes,  ressentent comme une urgence le fait  d’évoquer une enfance malheureuse.

Les personnes plus âgées auraient davantage tendance à raconter leur vie à travers ses principales étapes : naissance, enfance,  adolescence,  vie d’adulte, mariage, enfants… À l’heure de la retraite, c’est souvent l’occasion pour elles de faire le point, de tirer un bilan ou tout simplement de laisser un témoignage à leurs descendants de ce qu’aura été leur vie.

Mais attention, écrire sa vie lorsqu’on a atteint un âge certain, ce n’est pas non plus mettre un point final à son existence. Bien au contraire, cela peut être l’occasion d’une véritable renaissance. Sur ce même blog,  j’y reviendrai plus tard car le sujet me tient à cœur.

Pour conclure, j’aurais envie de dire : qu’importe l’âge, seule compte l’émotion que nous souhaitons faire partager à travers notre récit !

Patrick du Boisbaudry

www.lemarronnierrouge.com

formulaire capture
 

 

Merci de partager cet article si vous l'avez aimé !

Articles qui pouraient aussi vous intéresser :

Télécharger gratuitement mon guide : de l'écriture à la publication de votre livre !

x