Comment commencer ? Je n’y arrive pas, je ne sais plus par quel bout prendre mon récit …
Ce sont des réflexions que j’ai entendues de nombreuses fois dans l’exercice de mon métier de biographe.
Malgré toute votre bonne volonté, vous n’y arrivez pas, ce n’est jamais assez bien. Vous reprenez 5, 10, 20 fois la même phrase, mais plus vous réécrivez et moins ça vous plaît ! Vous avez l’impression de ne plus savoir écrire, d’être nul(le), de manquer d’idées, vous ne voyez plus que la page blanche de votre cahier ou l’écran vide de votre ordinateur …. Vous finissez par quitter votre bureau découragé (e) en vous disant jamais je n’y arriverai ! Si vous vous reconnaissez dans l’une de ces attitudes, lisez impérativement cet article.

 

Ne cherchez pas à trop bien faire du premier coup …

Sans doute voulez-vous aller trop vite, trop bien faire du premier coup. Écrivez de façon spontanée, écrivez avec le cœur sans chercher à analyser ou corriger. Laissez votre esprit critique de côté. L’inspiration, c’est comme une source vive, ne l’entravez pas, ne la détournez pas, vous risqueriez de la tarir.  Ne cherchez pas à corriger chaque phrase à peine écrite, sinon vous n’avancerez pas. Vous ferez du sur-place. C’est comme si vous montiez une côte à vélo en actionnant constamment les freins.
Après avoir écrit avec votre cœur, vous corrigerez avec votre tête. La raison reprendra le pas sur l’émotion.  Mais plus tard, dans une prochaine étape !

Ne brûlez pas les étapes

Prenons l’exemple d’un peintre qui a installé son chevalet dans son atelier pour peindre une jeune femme. Sur l’immense toile blanche qui se dresse devant lui, va-t-il commencer par peindre l’œil droit de son modèle dans le moindre détail ? Non, bien sûr. Il fera d’abord les contours de la silhouette dans son ensemble, il fera ce qu’on appelle une esquisse.

Pour l’écriture, c’est la même chose, ne vous attardez pas à peaufiner les premières lignes de votre livre, mais écrivez d’abord l’ensemble en laissant libre cours à votre inspiration. Laissez couler la rivière, veillez à ce qu’aucun barrage ne la détourne de son cours pour que l’eau puisse s’écouler librement. Cette première étape dans l’écriture est généralement appelée « premier jet ».

L’importance du premier jet

Le « premier jet » est une étape importante dans l’écriture d’un livre, récit de vie ou roman. C’est écrire avec son cœur et non avec sa tête. Autrement dit, c’est écrire en donnant la priorité à l’émotion sur la raison.  Lors du premier jet, vous écrirez sans vous censurer, sans vous interroger sur l’effet que produira votre texte auprès des lecteurs, vous vous contenterez d’écouter la petite voix qui s’exprime à l’intérieur de vous. C’est en cela que votre ouvrage se différenciera des autres, c’est cette petite voix intérieure qui donnera une âme à votre récit.

C’est seulement dans une seconde étape que vous pourrez enrichir votre texte,  reformuler des expressions, réécrire un paragraphe, voire un chapitre, corriger des fautes 

Mais attention : écrire avec le cœur, ce n’est pas écrire à l’aveuglette.

Avant de vous lancer dans l’écriture, il vous faudra franchir deux étapes importantes : définir votre projet d’écriture et bâtir un plan, même sommaire.
Définir votre projet : quel sera le sujet de votre ouvrage ? A qui le destinerez-vous ? Avant de commencer à écrire, c’est important de savoir quelle direction emprunter. Sinon, vous risquez d’errer sur les chemins de l’écriture.
Faîtes également un plan, même sommaire ! Écrire sans avoir fait de plan au préalable, c’est comme partir en voyage sans connaître sa destination.
C’est seulement après ces deux premières étapes que vous pourrez vous lancer dans l’écriture spontanée de votre futur livre.

Avant de relire avec la tête, laissez reposer votre texte

Lorsque vous aurez terminé le premier jet, laissez reposer votre texte et reposez-vous par la même occasion. Quelques jours, voire quelques mois si vous en avez la patience. Cette prise de distance vous sera bénéfique. Avec davantage de recul, votre vision sera plus claire, plus perçante, vous verrez des choses que vous n’aviez pas vues au moment de l’écriture.  Relisant votre texte non plus avec le cœur, mais avec la tête, ce sera le moment de l’enrichir, d’apporter les corrections nécessaires, de revoir la construction d’une phrase, trouver le mot juste, etc. Mais sachez mettre à votre texte un point final sans tourner en rond des heures et des heures. Ne défaites pas avec la tête ce que votre cœur a su si bien exprimer. Partagez votre récit, publiez-le sans trop attendre si c’était votre intention. Ne vous acharnez pas ! Ne cherchez pas à tout prix la perfection, sinon votre livre ne verra jamais le jour, il restera à l’état de rêve. Alors, quelle frustration !

Mon article est loin d’être parfait, j’en ai conscience, mais au moins … il aura vu le jour !

Et vous, quelle est votre attitude face à l’écriture ? Ecrivez-vous avec le cœur ou avec la tête ? Si vous souhaitez partager votre expérience ou apporter un commentaire,  vous êtes bienvenu !

 

Merci de partager cet article si vous l'avez aimé !

Articles qui pouraient aussi vous intéresser :