Lorsqu’on cite un livre, le titre est la première chose que l’on retient. Bien sûr il y a la couverture et son illustration, mais quand vous n’avez plus l’ouvrage sous les yeux, ce qui vous revient en mémoire ce sont ces deux ou trois mots (parfois plus) bien en vue sur la couverture. Bien choisir le titre de son récit ou de son roman est donc essentiel. Il donnera à d’éventuels lecteurs envie d’ouvrir votre livre ou … de l’ignorer.
Avant même d’avoir écrit la première ligne, certains auteurs ont déjà trouvé leur titre. Mais pour d’autres, c’est un exercice un peu laborieux. Peut-être êtes-vous dans ce cas ? Il est vrai que résumer une histoire en deux ou trois mots, ce n’est pas une mince affaire.

Quelles sont les caractéristiques d’un titre accrocheur ?

Une chose est sûre, aujourd’hui les tendances ont changé : en matière de titre tout est permis ou presque … à condition de faire preuve d’originalité. Les auteurs et les éditeurs sont beaucoup moins conventionnels qu’il y a quelques années. Ils recherchent d’abord à attirer le lecteur, voire à le provoquer, car la concurrence est rude avec la quantité impressionnante de livres qui sort chaque année. Se démarquer à tout prix, déjà par le titre, devient une nécessité. Certains auteurs ont même pris la liberté de donner un titre en langue étrangère à un ouvrage écrit en français ( Time to turn de François Taillandier) .

Un titre ne doit pas être trop long afin qu’il s’imprime plus facilement dans la mémoire de potentiels lecteurs. C’est un conseil qui est donné traditionnellement aux auteurs, mais je souhaite le nuancer, car une nouvelle tendance se fait jour avec des titres à rallonge. Voici l’exemple d’un bestseller récent écrit par Agnès Martin-Lugand et dont le titre est tout simplement : « Les gens heureux lisent et boivent du café ». Ou encore « Je voudrais que quelqu’un m’attende quelque part » d’Anna Gavalda, autre bestseller.

Il est essentiel que votre titre soit en rapport avec le thème ou le sujet traité dans votre ouvrage. Il doit être cohérent avec les idées, le message ou le témoignage que vous avez souhaité délivrer. Il serait dommage d’induire le lecteur en erreur à cause d’un titre inapproprié. Cela ne pourrait que vous desservir.

Choisissez un titre qui sonne bien à l’oreille. N’hésitez pas à le lire plusieurs fois à voix haute. Cela peut faire sourire, mais c’est important.

Évitez absolument les titres négatifs, même si vous avez écrit le récit d’une vie difficile. Par exemple « Une vie tourmentée » ou « Ma descente aux enfers » sont à proscrire, à moins que vous n’écriviez des romans d’épouvante. Sachez que tout lecteur a besoin de refermer un livre avec dans un coin de sa tête un morceau de ciel bleu, un peu d’espoir dans ce monde de brutes. Je me souviens d’une cliente qui avait subi dans sa vie une série d’épreuves. Lorsque je lui avais demandé de choisir un titre, je m’attendais au pire. Quelle ne fut pas ma surprise lorsqu’elle m’annonça qu’elle avait choisi le mot « Vivre ». Elle ne pouvait pas choisir de plus beau titre compte tenu de son histoire.

Quelques suggestions si vous manquez d’inspiration

Notez à la volée les idées qui vous viennent. Ensuite, vous ferez tranquillement le tri. N’hésitez pas à combiner les mots entre eux. Cela peut donner lieu à des mariages étranges, mais très créatifs.
Testez plusieurs titres en faisant appel à votre entourage sans pour autant vous laisser influencer. Ce ne sont que des avis, surtout ne cédez pas à la pression, gardez le dernier mot, la décision finale vous appartient. Un titre qui vous aurait été imposé et que vous ne supporteriez plus aurait un effet désastreux.
Relisez attentivement votre manuscrit, peut-être allez-vous trouver une expression percutante que vous avez utilisée et qui sonne juste. Elle pourrait faire un titre parfait.
• Pourquoi ne pas faire un titre en forme de question qui interpellerait directement le lecteur ou ménagerait un certain suspense ? Ou encore sous la forme d’une exclamation.
• N’hésitez pas à faire un jeu de mots comme l’excellent titre du roman de Milan Kundera : « L’insoutenable légèreté de l’être ».
Ne cherchez pas l’originalité à tout prix, cherchez votre inspiration dans les ouvrages déjà existants en parcourant les rayons des librairies ou des bibliothèques. Mais attention, si vous décidez de publier, ne reprenez pas de titre mot à mot, cherchez seulement à vous en inspirer. Si vous passez par un éditeur, il fera une recherche dans une base de données pour savoir si ce titre a déjà été utilisé.
Un titre ne peut être protégé par la loi que s’il est véritablement original. « Le titre d’une œuvre de l’esprit dès lors qu’il présente un caractère original est protégé comme l’œuvre elle-même » (article L.112-4, alinéa 1er du Code de la Propriété Intellectuelle). Bien sûr, cette originalité est difficile à prouver, il faut se baser sur la jurisprudence. Concernant ce sujet je vous recommande l’interview publié sur le site « monbestseller. com » à l’adresse suivante :
http://www.monbestseller.com/actualite-litteraire-interview/4665-protection-du-titre-de-livre-sandrine-bouvier-ravon-avocate-specialiste-propriete-intellectuelle
• Si vous êtes toujours en panne d’inspiration malgré ces quelques suggestions, attendez d’avoir terminé l’écriture de votre manuscrit. Vous aurez alors une vue d’ensemble de votre œuvre et ce sera plus facile pour vous de trouver un titre. Ou encore, si vous en avez la patience, laissez reposer, prenez du recul.

Pour terminer cet article, j’aimerais vous donner l’adresse d’un site qui donne le top 10 des plus beaux titres de livres. À vous de vous faire votre propre jugement.
http://www.topito.com/top-10-des-plus-beaux-titres-de-livres

Patrick du Boisbaudry

formulaire capture

Merci de partager cet article si vous l'avez aimé !

Articles qui pouraient aussi vous intéresser :

Télécharger gratuitement mon guide : de l'écriture à la publication de votre livre !

x