après avoir écrit sa vie un auteur témoigne

 

 

Euquinimod, que j’ai eu le plaisir d’accompagner tout au long de l’écriture, est l’auteure de l’envol. Ce récit de vie évoque avec une grande sensibilité son enfance et sa vie de couple. Malgré les difficultés rencontrées, Euquinimod nous livre un témoignage rempli d’espoir. Elle a accepté de répondre à mes questions et je l’en remercie. Si à votre tour, vous souhaitez raconter votre parcours d’auteur et partager votre expérience avec les lecteurs, ce blog vous est ouvert.  Je vous y accueillerai avec plaisir; pour cela, il vous suffit de me contacter.

 

Vous venez de publier un récit de vie, depuis quand ce projet est-il né dans votre esprit ?

Cela faisait longtemps que j’avais envie de l’écrire, j’attendais d’être prête.

 

En écrivant ce livre, vous vous lanciez pour la première fois dans l’écriture ?

Dans l’écriture d’un livre, oui. Mais j’ai toujours  eu l’habitude d’écrire. Déjà enfant, j’écrivais des poèmes avec ma sœur. Plus tard, une fois mariée, j’écrivais  dans un cahier tous les moments forts que je vivais.

Vous écriviez dans les moments heureux ou malheureux ?

Les deux, j’ai toujours eu besoin d’exprimer par écrit aussi bien ma joie que ma peine. Lorsque j’avais des difficultés à communiquer avec mon mari par le dialogue, je lui écrivais des lettres que je déposais quelque part dans la maison afin qu’il les trouve. Ainsi, j’ai, avec les années, amassé des tas de lettres à son intention, mais à mon grand désespoir, mes mots semblaient ne pas pouvoir toujours l’atteindre.

Lorsque vous avez commencé ce livre, aviez-vous déjà l’intention de le publier ?

Oui, j’en ai toujours eu l’intention.

Pour quelle raison ?

Ma souffrance était niée par mes proches et je voulais qu’elle soit au moins reconnue par d’autres personnes.

Que vous a apporté l’écriture de ce livre ?

Elle m’a permis d’extérioriser cette grande souffrance traumatique que je portais dans mon cœur, d’en parler.  Cela a été pour moi une vraie thérapie.

Le mot « thérapie » n’est-il pas trop fort ?

Non, pas du tout.

Que racontez-vous dans ce livre ?

Ma vie depuis une enfance ballotée après avoir fui un pays en guerre et  je parle beaucoup des difficultés au sein de mon couple et de violence destructrice.

Pourquoi avoir fait appel à un biographe ?

Parce que je ne suis pas un écrivain professionnel et que je ne maîtrise pas entièrement toutes les règles d’écriture. J’avais aussi besoin de quelqu’un qui mette de l’ordre dans tout ce que j’avais à raconter, de la cohérence dans mon récit.

Pour des raisons d’éloignement géographique, les entretiens se sont déroulés au téléphone, cela vous a-t-il posé problème ?

Non cela ne m’a pas dérangée, il fallait surtout que je me sente en confiance. J’ai senti que ma démarche était comprise, le courant passait.

Pendant les entretiens, vous évoquiez vos souvenirs avec une grande facilité. Quel est  votre secret ?

Je n’ai pas réellement  de secret,  sinon une grande aisance pour la communication, mais comme je vous l’ai dit précédemment, ma souffrance était  si présente et tellement destructrice que je l’écrivais et tout me revenait en mémoire.

Avez-vous parfois songé à abandonner votre projet en cours d’écriture ?

Non, pas une seule fois. J’étais entrée dans un processus et je ne voulais surtout pas qu’il s’arrête. C’était vital pour moi et il fallait que j’aille jusqu’au bout. La nécessité et  l’envie de dévoiler ma souffrance étaient trop fortes pour que je m’arrête en chemin. Le fait d’être accompagnée m’a aussi beaucoup aidée. Je n’étais pas toute seule dans cette grande aventure. Cela m’a permis de toujours garder le cap. J’avais la conviction qu’il me serait plus facile de tourner la page, une fois que tout ce mal-être aurait été relaté dans un livre.

Et cette page vous avez réussi à la tourner en écrivant ce livre ?

Oui, j’ai le sentiment d’y avoir réussi, mais en partie, car il me reste d’autres pages à tourner, je n’ai pas tout dit.

Il vous reste encore beaucoup de choses à dire ?

Beaucoup.

Que vous a apporté concrètement l’écriture de ce livre ?

L’assurance que  ma souffrance puisse être reconnue dans son intégralité par une grande partie de mon entourage. J’ai créé un blog pour faire connaitre mon livre et témoigner. Le premier commentaire a été rédigé par mon fils. Je n’ai pas tout de suite deviné que c’était lui. Grâce à ce livre, je sais qu’il a pu, enfin, comprendre mon douloureux parcours d’enfant, de mère et d’épouse et il est revenu vers moi. Ce fut une bien belle récompense !

Pourquoi avoir choisi un pseudonyme ?

Par respect pour mon entourage. Cette volonté d’écrire était une démarche personnelle.  Je dévoilais des vérités difficiles à entendre. De plus, sachant que mon livre allait être publié et donc lu par de nombreuses personnes je ne souhaitais pas que mes proches en souffrent même si certains étaient contre moi.

 Au-delà de votre souffrance, quel message avez-vous souhaité faire passer ?

Malgré les difficultés de la vie, j’ai toujours retiré du positif de chacune de mes expériences. Ce livre comporte donc un message d’espoir.

 Comment le diffusez-vous ?

Comme je l’ai dit tout à l’heure, j’ai créé un blog. J’ai également publié mon livre sur Amazon et j’utilise tous les réseaux sociaux comme Twitter et Facebook. Sinon, j’ai toujours quelques exemplaires sur moi lorsque je me déplace. Dans le mois qui suivait sa publication, j’en avais déjà vendu près d’une trentaine. C’est très valorisant de voir des lecteurs s’intéresser à son récit.

Avez-vous connaissance des premières réactions de vos lecteurs ?

Oui, j’ai été agréablement surprise par leurs commentaires. Ce qui ressortait le plus souvent : un livre agréable à lire dont on avait du mal à se détacher malgré la difficulté du sujet. On m’a aussi complimentée sur la simplicité et la fluidité du style.

Avez-vous d’autres projets d’écriture ?

Oui, je pense écrire un livre sur la souffrance d’un enfant inadapté à partir d’une histoire vraie que je romancerai. Mais, pour l’instant, j’hésite encore car j’aimerais aussi changer de registre et me lancer dans un roman policier.

Vous viendrez nous en parler lorsqu’il sera terminé ?

Avec plaisir.

 

Avez-vous une question ?

Souhaitez-vous réagir à cet article ?

Votre avis m’intéresse.

Merci de laisser votre commentaire juste en dessous.

A bientôt sur ce blog

Si vous le souhaitez, vous pouvez me rendre visite sur mon site le marronnier rouge

Patrick du Boisbaudry
formulaire capture

Merci de partager cet article si vous l'avez aimé !

Articles qui pouraient aussi vous intéresser :