Lorsque vous décidez de partir en voyage, j’imagine que vous vous posez un certain nombre de questions : le choix de la destination, le genre de séjour que vous souhaitez (farniente sur la plage, rencontre avec les habitants, visite de monuments…), le moyen de transport (avion, train, voiture, vélo …) etc. Il en va de même pour l’écriture d’un ouvrage. Écrire un récit de vie c’est une démarche qui s’apparente à un voyage, certes un voyage dans le temps, mais un voyage tout de même ! Pourtant, sans doute trop pressés de passer à l’écriture, nous sommes peu nombreux à nous poser les bonnes questions, celles qui augmenteront nos chances d’aller jusqu’au bout de notre projet. Alors, avant de manier le clavier ou le crayon, prenons le temps de nous poser quelques instants pour faire le point, la tête entre les mains, et réfléchissons. Je vous assure que cela en vaut la peine … Ce ne sera pas du temps perdu, bien au contraire !

Sur quel sujet je souhaite écrire ?

Question importante s’il en est, car elle concerne la destination de votre voyage. Souvent, on se montre enthousiaste à l’idée d’écrire, de raconter son histoire, mais cela reste très vague. Va-t-on parler de son enfance ? De ses parents ? De ses enfants ? De son métier ? Va-t-on passer sous silence telle ou telle période de sa vie ? Sur quelle partie de son parcours, va-t-on mettre l’accent ? Ne pas se poser cette question et surtout ne pas y répondre, c’est comme partir en voyage vers une destination approximative. C’est le meilleur moyen de ne jamais arriver. Autrement dit, il est important de délimiter votre sujet du moins dans les grandes lignes. C’est une opération préalable et indispensable pour établir un plan qui tienne la route en vue de la construction de votre récit.

Pourquoi ai-je décidé d’écrire ?

Partez à la recherche de ce qui vous pousse à écrire. Souhaitez-vous faire passer un message ? Voulez-vous aider d’autres personnes en témoignant ? Désirez-vous vous alléger d’un poids important ? Peut-être est-ce tout cela à la fois ou encore bien d’autres choses … Nos motivations ne sont pas toujours claires, elles restent parfois très floues. Et pourtant elles sont importantes pour bien mener un projet d’écriture. Les clarifier vous aidera à tenir la route. Sur le parcours qui mène à l’écriture d’un récit, à chaque fois que vous traverserez une période de découragement ou de doute, souvenez-vous de la raison qui vous a poussé à écrire, rappelez-vous votre objectif. Votre motivation sera semblable au vent favorable qui souffle dans la voile et fait avancer le bateau.

À qui je destine mon livre ?

Le grand public ou mon entourage proche ? C’est important dans la mesure où vous n’écrirez pas la même chose, du moins vous ne vous exprimerez pas de la même manière selon que vous écrirez pour vos enfants ou pour le lecteur inconnu qui achètera votre livre dans une librairie.

Avec quel outil, je décide d’écrire ?

À la main, avec un stylo et du papier blanc, ou à l’aide d’un clavier sur l’écran d’un ordinateur ? Si le papier vous paraît plus doux que l’écran, plus agréable au toucher, si vous aimez les circonvolutions de la pointe d’un stylo, alors n’hésitez pas. Sachez simplement, qu’à moins de garder éternellement votre manuscrit dans le secret d’un tiroir, vous serez obligé de faire taper votre texte à l’ordinateur pour le faire imprimer ou le présenter à un éditeur.
Il est vrai qu’écrire à l’aide d’un ordinateur présente des avantages incontestables : plus de papier brouillon roulé en boule sur votre bureau, plus de pages déchirées rageusement, un seul clic et tout redevient net et propre … Suppression automatique et sans bavures de tout ce qui ne va pas, déplacements de paragraphes, bref, que de temps gagné. Oui, c’est super l’ordinateur, mais attention : mieux vaut être déjà familiarisé avec le traitement de texte, sinon l’apprentissage vous prendra un temps fou.

À quel moment et à quel rythme je souhaite écrire ?

Matin, midi ou soir ? Semaine ou week-end ? À chacun son rythme. Bien sûr tout dépendra de votre disponibilité. Il est évident qu’un(e) célibataire aura plus de temps pour écrire qu’une mère de famille entourée d’enfants en bas âge. Cela dépendra aussi de votre horloge biologique. Certaines personnes trouveront leur inspiration en présence de la lune tandis que d’autres seront plus inspirées lorsque le soleil commencera à poindre le bout de son nez à l’horizon. Peu importe le moment que vous choisirez, une chose est sûre, il vous faudra écrire régulièrement et si possible au même moment. Au risque de vous déplaire, j’ose avancer que l’écriture relève d’une véritable discipline, pas militaire, mais presque. L’important est de vous fixer un objectif au niveau de la fréquence : une, deux ou trois fois par semaine, peu importe, du moment que vous vous y tenez. Vous pourrez toujours revoir à la hausse ou à la baisse vos ambitions si vous voyez que vous n’y arrivez pas ou … que vous y arrivez trop bien ! Il est important de prendre un rendez-vous régulier avec votre table de travail, rendez-vous qu’il vous faudra respecter, car on a tôt fait de remettre son écriture au lendemain et finalement on n’en voit jamais la fin. Alors quelle terrible frustration !

Où j’aimerais écrire ?

Autrement dit dans quel cadre, dans quelle atmosphère vous sentiriez-vous le plus à l’aise pour faire courir votre stylo ou la souris de votre ordinateur ? Certaines personnes ont besoin de sentir la vie s’agiter autour d’eux, d’écrire par exemple dans un café, ce qui a été longtemps mon cas. J’adorais entendre le bruit des cuillères et le choc des tasses en porcelaine ainsi que le ronronnement des conversations autour de moi ; allez savoir pourquoi cela m’inspirait ! J’ai même eu un ami qui allait carrément s’asseoir dans le hall d’une gare au moment des départs en vacances, un bloc et un stylo à la main. Il me disait que c’était dans cet enfer sonore que l’inspiration lui venait le plus facilement. D’autres personnes préfèreront s’enfermer dans une pièce loin de tout bruit, pour ne pas dire de toute civilisation. Une amie m’a confié que le simple fait de savoir qu’un membre de sa famille était dans la maison pouvait la bloquer dans l’écriture.
Quant à vous qui me lisez, si vous n’avez pas l’habitude d’écrire, je vous recommande un lieu silencieux, peut-être pas un monastère, mais surtout pas une salle des pas perdus dans une gare. Vous aurez besoin de vous recueillir et de vous concentrer pour faire vos premiers pas dans l’écriture.

formulaire capture

Merci de partager cet article si vous l'avez aimé !

Articles qui pouraient aussi vous intéresser :